La semaine du 29 avril dans ma tête : Blackblocs, ultragauche, et Instagram.

SEMAINE DU 29 AVRIL : CONFUSIONS ET INFLUENCES.


Le sophisme des « Black blocs » d' »Ultragauche »
Manifestations du 1er mai 2019.

Ça y est, nous avons un nouvel ennemi commun tout désigné : les black blocs ! Selon pas mal me(r)dias, les blacks blocs c’est : des individus violents d’ultragauche. Super, on est servis en précisions là !
« Non, mais je sens bien que vous essayez de [nous] dire quelque chose. Mais, c’est de vous, la phrase, ou vous l’avez entendu quelque part ? »
UN black bloc est une méthode de manifestation qui consiste à s’habiller en noir pour impressionner, à se regrouper pour mettre en difficulté les forces de l’ordre et à « attaquer » certaines cibles. Il n’est pas l’apanage d’une seule mouvance politique, et encore moins de « l’ultragauche » dans son entièreté. L’ultragauche désigne à l’origine des mouvements communistes, quand les « black blocs » du 1er mai sont probablement un beau mélange anticapitaliste/communistes/anarchistes. Les appeler « Ultragauche » n’a donc aucun sens. Ha si ! ça fait plus sensationnel que « extrême-gauche ». A force d’entendre extrême à toute les sauces, ça finit par ne plus faire peur à personne.

 La fin des likes sur les réseaux sociaux ?
Instagram (groupe Facebook) lance une version d’essai au canada, où les « like » des photos et les vues des vidéos ne sont plus affichés.

J’imagine que beaucoup se souviennent encore du jour où les likes sont apparus sur Facebook. C’était sympas, à l’époque, d’exprimer qu’on aimait un contenu plus rapidement qu’en écrivant un commentaire. Puis, les années ont passé et les réseaux sociaux sont devenus ce qu’ils sont devenus et ont prit une place politique, sociale et financière considérable.
Pourquoi like t-on vraiment à présent ? Parcequ’on on a prit le temps d’analyser et d’apprécier un contenu, ou parcequ’on approuve ou désapprouve mécaniquement les publications en les scrollants dans les minutes d’ennuis de nos journées ? Et ne serions nous pas influencés par le nombre de like déjà affichés ? En d’autres termes : les likes amènerait-ils les likes et détruiraient ils l’esprit critique ?
Et poste t-on pour créer des échanges, ou pour se prouver à nous mêmes que nous pouvons avoir beaucoup d’approbation ?

Pour les créateurs, cela pourrait compliquer les choses : il deviendrait à priori plus difficile pour les marques voulant collaborer avec eux de mesurer l’engagement de leur communauté. Mais combien y’a t-il d’utilisateurs et combien y’a t-il d’influenceurs ? Et si cette initiative rendait les plateformes plus agréables, cela ne finirait il pas par profiter aux influenceurs en attirant de nouveaux utilisateurs ?
En ce qui me concerne, j’aime bien imaginer les réseaux sociaux sans likes, sans jugements rapides : plus libres et plus qualitatifs. Et vous, vous en pensez quoi ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s