à la Une

La semaine du 29 avril dans ma tête : Blackblocs, ultragauche, et Instagram.

SEMAINE DU 29 AVRIL : CONFUSIONS ET INFLUENCES.


Le sophisme des « Black blocs » d' »Ultragauche »
Manifestations du 1er mai 2019.

Ça y est, nous avons un nouvel ennemi commun tout désigné : les black blocs ! Selon pas mal me(r)dias, les blacks blocs c’est : des individus violents d’ultragauche. Super, on est servis en précisions là !
« Non, mais je sens bien que vous essayez de [nous] dire quelque chose. Mais, c’est de vous, la phrase, ou vous l’avez entendu quelque part ? »
UN black bloc est une méthode de manifestation qui consiste à s’habiller en noir pour impressionner, à se regrouper pour mettre en difficulté les forces de l’ordre et à « attaquer » certaines cibles. Il n’est pas l’apanage d’une seule mouvance politique, et encore moins de « l’ultragauche » dans son entièreté. L’ultragauche désigne à l’origine des mouvements communistes, quand les « black blocs » du 1er mai sont probablement un beau mélange anticapitaliste/communistes/anarchistes. Les appeler « Ultragauche » n’a donc aucun sens. Ha si ! ça fait plus sensationnel que « extrême-gauche ». A force d’entendre extrême à toute les sauces, ça finit par ne plus faire peur à personne.

 La fin des likes sur les réseaux sociaux ?
Instagram (groupe Facebook) lance une version d’essai au canada, où les « like » des photos et les vues des vidéos ne sont plus affichés.

J’imagine que beaucoup se souviennent encore du jour où les likes sont apparus sur Facebook. C’était sympas, à l’époque, d’exprimer qu’on aimait un contenu plus rapidement qu’en écrivant un commentaire. Puis, les années ont passé et les réseaux sociaux sont devenus ce qu’ils sont devenus et ont prit une place politique, sociale et financière considérable.
Pourquoi like t-on vraiment à présent ? Parcequ’on on a prit le temps d’analyser et d’apprécier un contenu, ou parcequ’on approuve ou désapprouve mécaniquement les publications en les scrollants dans les minutes d’ennuis de nos journées ? Et ne serions nous pas influencés par le nombre de like déjà affichés ? En d’autres termes : les likes amènerait-ils les likes et détruiraient ils l’esprit critique ?
Et poste t-on pour créer des échanges, ou pour se prouver à nous mêmes que nous pouvons avoir beaucoup d’approbation ?

Pour les créateurs, cela pourrait compliquer les choses : il deviendrait à priori plus difficile pour les marques voulant collaborer avec eux de mesurer l’engagement de leur communauté. Mais combien y’a t-il d’utilisateurs et combien y’a t-il d’influenceurs ? Et si cette initiative rendait les plateformes plus agréables, cela ne finirait il pas par profiter aux influenceurs en attirant de nouveaux utilisateurs ?
En ce qui me concerne, j’aime bien imaginer les réseaux sociaux sans likes, sans jugements rapides : plus libres et plus qualitatifs. Et vous, vous en pensez quoi ?

La semaine du 15 avril dans ma tête : Notre Dame, minimalisme et démission

SEMAINE DU 15 AVRIL  : Avis de recherche : Où est passé le respect ???


 

Le toit et la flêche de Notre Dame de Paris partis en fumé
–> Entendu sur BFMTV le soir de l’incendie ; une comparaison entre cet accident, et le 11/09.

Il est normal d’être choqués lorsqu’en allumant sa télé, on voit un édifice aussi vieux et emblématique en flammes sous les yeux impuissants de la moitié du monde. Est ce qu’il est pour autant normal de comparer cet évènement – qui n’a fait aucun morts, au attentats du World Trade Center qui en ont fait 3000 ?
La sidération ne peut PAS être la même lorsqu’on voit un bâtiment brûler, et des vies humaines se jeter par les fenêtres d’immeubles de 500M de haut, préférant la chute à brûler vivants.
On ne s’étonne plus, le sensationnalisme a définitivement prit la place du respect, mais ça arrive encore à me choquer.

Le minimalisme
–> Podcast Simple et compagnie – Florie

Arrêtez de consommer, clairement : arrêtez de consommer. Mais faites ce que je dis pas ce que je fais, mon dressing IKEA exprime son désaccord quant à mon rythme de shopping. Vous la ressentez la fausse impression de manque créée par ce qu’on appelle – quand on a pas la place de développer – la société de consommation ? Florie étend le raisonnement sur la surconsommation d’activités qui nous donnent l’impression de manquer de temps. Si on vous a déjà demandé pourquoi vous ne faisiez pas de sport et que vous avez répondu « j’ai pas le temps » : écoutez ce podcast ( et inscrivez vous à la salle).

La  démission
–> Vécu et approuvé

Pour rester dans le thème de la disparition inquiétante du respect : ton boss, après avoir passer deux ans à encaisser du profit sur ta tronche, décide qu’il n’est « pas dans la politique de sa boite » (politique illégale, et mise en place 2h avant la déclaration) de payer les congés restants, et préfère, pour te faire payer ton départ, perdre de l’argent plutôt que de te rendre ce service. Pour la première fois de ma vie, je me suis préparée à dire « il faudra voir avec mon avocat ».